retour au menu du site
  dorsal  /  lombaire  /  à garder en mémoire  /  petite histoire  

Radiographie standard du rachis cervical

     Clichés demandés :

        De face  

        De face, bouche ouverte

         De profil

        De 3/4  

 

Dans cet exposé, il vous sera proposé de voir des radios en cliquant sur le petit radiologue regardant une radio. Celle-ci apparaîtra alors dans une autre fenêtre ce qui vous permettra de l'afficher plein écran. Pour revenir au texte, il vous suffira de réduire ou de fermer la fenêtre du cliché.

        Rachis cervical de face         

 

Le massif facial et notamment la mandibule qui se projette sur le rachis cervical supérieur empêche d’étudier le rachis cervical de face sur une seule incidence. Force est donc d’utiliser 2 poses différentes pour obtenir une étude complète du rachis cervical de face :

Le face classique qui étudie le rachis cervical inférieur de C3 à C7,

Le cliché bouche ouverte pour étudier le rachis cervical supérieur de l’occiput à C2.

   

            Rachis cervical inférieur de face

 

Sur l’ensemble, l’analyse est difficile. Pratiquement seuls les corps sont bien analysables avec les uncus.

On peut distinguer les épineuses et les pédicules qui sont ici de 3/4  et peu nets.

Se superposent la clarté trachéopharyngée et les cartilages laryngés et l’os hyoïde.  

 

                Rachis cervical supérieur de face : bouche ouverte

 

Les facettes articulaires supérieures de C1, concaves, sont rarement bien vues.

Par contre, les facettes articulaires inférieures de C1 sont nettes.

L’apophyse odontoïde est parfaitement centrée entre les 2 masses latérales de C1. Sa corticale est régulière et se prolonge harmonieusement avec le sillon odonto-articulaire bilatéral et symétrique ( sauf fracture de l’odontoïde).

Les facettes articulaires supérieures sont symétriques.

Les articulaires inférieures et l’apophyse épineuse sont peu visibles.

 


    Rachis cervical de profil.

 

Un cliché unique d’ensemble suffit.

De profil aussi , le rachis cervical supérieur a ses particularités :

L’arc antérieur de C1 se présente comme un anneau à paroi épaisse.

 L’arc postérieur de C1 a toujours une corticale antérieure bien visible et son absence est en règle synonyme de spina bifida.

Les facettes articulaires supérieures se superposent au corps de C2 sous la forme d’un anneau ovalaire continu. Une interruption de cet anneau doit faire craindre une fracture du pédicule ou de la masse latérale.

 

 


L’écart entre l’arc antérieur de C1 et le bord antérieur de l’apophyse odontoïde est normalement égal  ou inférieur à 2.5 mm, chez l’adulte. Un écart plus important doit faire rechercher sur un cliché de profil en flexion une subluxation atloïdo-axoïdienne.

 


Sur le rachis cervical inférieur de profil, les apophyses transverses se superposent sur le corps vertébral.

Les massifs articulaires sont sous la forme de parallélogrammes et les massifs droit et gauches se superposent exactement si le cliché est en profil strict.

Les lames se projettent en arrière des massifs articulaires. Leur projection de profil constitue l’espace spino-articulaire qui permet de prévoir et d’analyser la taille du canal cervical et des trous de conjugaison.

Suivent les épineuses. A tous les niveaux, la corticale antérieure de l’épineuse doit  être présente, son absence signe un spina-bifida.

Les articulaires et les lames ont la même densité d’un niveau à un autre. Un saut brutal de densité doit faire suspecter une lésion lytique ou condensante.  


  Les parties molles pré vertébrales sont fines et régulières, elles ont 4 à 5 mm d ‘épaisseur et sont parallèles au bord antérieur des corps vertébraux de C1 à C5. L’épaississement de ces parties molles ( par du sang, du pus ou du tissu tumoral) est un des signe les plus précoces des atteinte du rachis cervical.
En dessous de C5-C6, l’œsophage s’interpose et rend ce signe moins utile.

 

 

 

Les vertèbres cervicales sont normalement parfaitement alignées en une harmonieuse lordose. Les différents repères décrits forment des lignes verticales régulières et parallèles entres elles :

ligne des corticales postérieures des corps ( c’est le mur postérieur), ligne des massifs articulaires, ligne de la base des épineuse, ….

Toute irrégularité de ces lignes est suspectes, sauf le décalage normal de 2à 3 mm vers l’arrière de l’épineuse de C2.

 


  Rachis cervical de 3/4

 

Il y a un 3/4  droit et un 3/4 gauche.

Si le cliché est correctement orienté, le 3/4 droit est à votre gauche et le 3/4 gauche est à votre droite. Les têtes au-dessus de ces clichés doivent se regarder nez à nez.


  Le but est l’étude des trous de conjugaison. Ils sont ovalaires, à grand axe vertical. On détecte donc tout élargissement ( vasculaire, tumoral, …) ou tout rétrécissement ( pédicules courts, arthrose, uncarthrose,…).

Les pédicules sont très bien vus. Les lames et les facettes articulaires sont mal appréciées.

 

dorsal  /  lombaire  /  à garder en mémoire  /  petite histoire